Le Laboratoire d’Anthropologie des Enjeux Contemporains a été créé pour fédérer la recherche et valoriser l’expérience de formation lyonnaise en anthropologie. Il porte un projet scientifique ambitieux sur l’anthropologie des enjeux contemporains.

Décentrer notre regard sur le contemporain

Forts de nos traditions disciplinaires variées, nous nous proposons de conduire un réexamen critique des outils et théories anthropologiques mobilisés pour penser le contemporain (ce qui le caractérise, les enjeux qui le traversent).

Interroger le contexte contemporain

L’interconnexion des sociétés à l’échelle globale est désormais reconnue, nous proposons de dépasser cette analyse en menant une anthropologie du contemporain qui se montre attentive aux réalités situées et aux formes d’engagement qu’elles révèlent.

Le contexte contemporain est caractérisé par la profusion, l’imprévisibilité, l’extraordinaire, l’exceptionnel, l’incertain. Mais il nous faut l’interroger d’une manière ancrée empiriquement, à partir de terrains situés, comme l’ont affirmé Georges Balandier (1955) et Marc Augé (1994), grandes figures de l’anthropologie contemporaine. Nous interrogeons le monde globalisé à partir de pratiques et de situations observables localement.

Soutenir la pratique ethnographique

La pratique ethnographique n’est pas un simple outil de collecte de données, mais une praxis indissociable des enjeux théoriques. Nous l’exerceons en lien avec la théorie anthropologique, et mobilisons réflexivité, démarche non-hégémonique, réflexion éthique, et pluralisme des sources utilisées.

Proposer un nouveau vocabulaire pour penser la complexité 

La complexité qui caractérise la situation contemporaine requiert un nouveau vocabulaire. Nous souhaitons investir cet espace conceptuel afin de dépasser les notions de globalisation et d’assemblage (pensées comme un empilement de localités et temporalités) pour proposer de nouvelles manières de concevoir et rendre compte de l’imbrication d’espaces, de temporalités, d’entités et d’existants (humains/non-humains, vivants/non-vivants), dans les sociétés contemporaines. Le contemporain de l’anthropologie est ici celui des mondes en train de se faire dans l’incertitude et le paradoxe, que notre projet veut identifier, pénétrer et restituer.

Aborder l’incertitude

Deux axes structurent nos recherches afin de discuter l’état du contemporain :

  1.  Mondes défaits, Mondes refaits – Une analyse du politique en mutation.
  2. Natures incertaines, mondes incorporés – Les humains dans leur rapport au vivant ou à leur environnement.

Nous posons que l’incertitude renvoie moins à un état objectif des choses, qu’à un rapport spécifique que les sociétés contemporaines entretiennent avec le savoir et la certitude. L’incertain est aussi une prolifération de possibles, un état et un mode de gouvernance hautement productif.

Ainsi, par nos deux axes, notre double appréhension empirique de l’incertitude, comme mode de gouvernement et comme réalité située au cœur de l’expérience d’individus et de collectifs, nous cherchons à restituer la densité du présent : l’incertitude et ses possibles. Ce champ des possibles est le véritable terrain de l’ethnographe.